L’histoire des choses : Un documentaire choc

L’histoire des choses : Un documentaire choc

J’ai visionné dernièrement le documentaire animé l’Histoire des choses (the Story of Stuff en VO) qui traite du cycle de vie de nos produits de consommation en 20 minutes. Ma première pensée après l’avoir vu est que tout le monde devrait prendre ces 20 petites minutes pour regarder ce documentaire tant il est pertinent. Annie Léonard, rédactrice et narratrice du documentaire, est une militante altermondialiste américaine dénonçant les dérives du consumérisme.

3147159771_eb9ee5a718

En effet, la surconsommation est un réel problème environnemental, mais on a tendance à ne pas vouloir le voir. Peut-être simplement parce que nous sommes trop accaparés par notre quotidien et que nous ne pensons être qu’un pion dans le jeu. C’est faux.

 

L’histoire des choses, c’est quoi ?

 

L’Histoire des choses est un documentaire qui pousse à la réflexion et à repenser nos actions. Alors que notre planète est clairement en danger à cause de notre mode abusif de consommation, il est encore temps d’agir.

Quelques données provenant du documentaire et qui font froid dans le dos :

  • 80 % des forêts originelles ont disparues.
  • En Amazonie, 2 000 arbres sont abattus par minute (pour nous donner une image concrète, le documentaire explique que ce chiffre correspond à 7 terrains de football par minute !)
  • Plus de 100 000 composés chimiques utilisés par les industriels dans la fabrication de produits. Produits que nous achetons et ramenons dans nos maisons, nos écoles, nos entreprises et dont, à ce jour, la science ne connaît pas les conséquences sur notre santé, ni sur l’environnement.
  • 2 millions de tonnes de toxiques rejetés dans l’air par an.
  • 30 % des enfants au Congo quittent l’école pour aller travailler dans des mines.
  • La télévision américaine balance 3 000 publicités par jour à ses téléspectateurs.

Petit plus : À votre avis, quel est l’aliment le plus toxique dans la chaîne alimentaire ? Je crois que la réponse va en surprendre plus d’un : Il s’agit du lait maternel ! (il est précisé que le lait maternel reste toujours la méthode la plus saine pour les enfants, mais quand même…)

Si vous n’avez pas encore vu ce documentaire, je vous invite donc fortement à le visionner et à partager vos impressions ici ensuite. Si vous pensez comme moi qu’il est percutant, n’hésitez pas à le diffuser autour de vous.

 

 

Alors, quoi faire pour lutter contre la surconsommation à notre échelle ?

 

Voici quelques idées en vrac :

  • Éviter de faire ses courses dans des magasins qui ont des pratiques sociales et commerciales douteuses. Par exemple, la multinationale Wall-Mart est connue pour sous-payer ses employés (qui n’ont pas le droit à des syndicats) et fait fabriquer ses produits en Chine à moindre coût. Il y a de nombreuses autres sociétés sur lesquelles il vaudrait mieux se renseigner avant d’acheter chez eux, comme le géant Amazon (c’est malheureusement assez difficile de s’en passer de nos jours, j’en conviens)
  • Acheter moins de produits, mais surtout acheter mieux (local et/ou bio si possible).
  • Garder ses appareils électroniques le plus longtemps possible, même s’ils ne sont plus « tendance »! Exemple : Les smartphones. J’ai gardé jusqu’à récemment mon I-phone 4S , mais il a  finalement rendu l’âme. J’ai désormais un I-phone 5C, toujours dans la gamme des recyclés car je refuse l’idée de remplacer quelque chose qui fonctionne bien simplement parce que notre société le suggère.
  • Recycler ce qui ne marche plus au lieu de jeter à la poubelle. Si un meuble ne vous plaît plus, essayer de le « customiser » pour lui  redonner du peps plutôt que de vous en séparer. On a souvent de belles surprises après, comme ce meuble l’a prouvé après mon moment de folie à le customiser.
  • Participer à des soirées « troc » entre amis. J’ai eu l’occasion d’y participer à plusieurs reprises, c’est une bonne opportunité pour récupérer des vêtements en bon état, sans dépenser un sous, tout en passant un chouette moment.
  • Éviter les événements où on vous pousse à la consommation : Eh oui, je pense aux soldes que nous avons tous fait un jour ou l’autre. Aux États-Unis, c’est le Black Friday qui me vient en tête, le fameux vendredi qui suit Thanksgiving (fête familiale traditionnelle) et où tous les magasins font des méga soldes… certains campent même devant leurs magasins préférés la veille ! Alors, oui, c’est peut-être « génial » de se retrouver avec des affaires à petits prix à la fin de la journée, mais posez-vous la bonne question : En avez-vous vraiment besoin ?
  • Peur de ne pas pouvoir résister aux publicités journalières de votre télévision ? Faites-vous du bien : mettez là au recyclage ! Je vous assure qu’on vit très bien sans télévision 🙂

Vous avez d’autres idées ? N’hésitez pas à les partager dans les commentaires, je les rajouterai ensuite dans l’article 😉

Merci et bon visionnage !

 

6 réactions au sujet de « L’histoire des choses : Un documentaire choc »

  1. Top merci pour la vidéo et les commentaires ! Bien en lien avec l’article que j’avais fait il y a un moment avec aussi qq exemples ! Je te laisse le mettre en lien si tu veux pour compléter 🙂

  2. Enfin, j’ai pris le temps de regarder la vidéo (et par la même occasion de te laisser un petit commentaire! =) ), et ça valait le coup. Bon j’hésitais entre pleurer ou m’énerver pendant le visionnage, puis au final, j’aime la note positive sur laquelle elle finit! 🙂
    Cela me conforte dans ma volonté de changer mes comportements. Ce n’est peut-être pour l’instant que minime (cotons lavables, plus de sacs lorsqu’on achète fruits et légumes, produit multi-surface fait maison…) mais j’ai à coeur de pouvoir en faire plus d’ici quelques temps. Et c’est surtout très difficile quand tu partages ta vie avec un américain, qui lui est justement à fond influencé depuis toujours par une consommation à outrance. Mais bon je me bats et chaque jour une petite victoire apparaît (plus de télévision, nourriture bio,…). Je n’arrive pas encore à lui vendre l’idée des mouchoirs réutilisables lol
    Bref, si tu aimes les lectures dans le genre, j’ai trouvé très intéressant le livre (The paradox of choice » de Barry Schwartz. 🙂

    1. Bonjour Alexa,

      Merci pour ton commentaire ! Effectivement, même s’il y a de quoi s’énerver quand on réalise à quel point chacun de nos actes a des répercussions sur notre planète, ce n’est pas probablement pas la meilleure méthode pour contrer le problème 😉

      Félicitations pour tes changements d’habitude. Tout comme toi, j’essaye chaque jour de changer certaines façons de faire. Je pense qu’on y arrivera petit à petit (et il y a de meilleures chances que ce soit plus durable qu’un changement drastique).

      Tu relèves un beau défi en tentant de modifier l’approche de ton Américain, ça ne doit pas être simple en effet 🙂

      Merci pour le livre. Je vais le rajouter à ma trop nombreuse liste (quand je vois la pile de bouquins que j’ai à lire, c’est limite effrayant ! Eheh).

      À bientôt !

  3. Ça y est, j’ ai vu le reportage, très intéressant !
    C’est vrai que, bien souvent, on ne pense pas à la globalité du processus, comme elle le décrit ici… Ici, aux US, c’est une catastrophe, mais je trouve qu’il y a de belles initiatives quand même, encore plus en France.
    J’espère que ça prendra le pas sur la sur-consommation !

    1. Contente que tu aies vu ce reportage ! Je le trouve vraiment bien fait, et très concis en 20 min.. pour moi, il devrait être diffuser dans toutes les écoles. Il faut sensibiliser le plus tôt possible, car les enfants d’aujourd’hui sont les futurs gros consommateurs de demain…d’ailleurs, as-tu la possibilité de diffuser ce genre de reportage en tant que prof ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *