Côté environnement, on en est où ?

Côté environnement, on en est où ?

Comme pour mon billet récent sur la faune, à lire ici si vous ne l’avez pas vu, je vous proposerai désormais un résumé de l’actualité environnementale sur ce blog. Vous vous doutez bien qu’il y a tellement à dire sur le sujet que je suis, encore une fois, bien obligée de faire une sélection selon ma sensibilité sur la question. Allons  donc voir ce que ça donne pour ce premier tour.

 

carte monde

 

Source photo : Dreamstine.

 

¤

 

♦ Marée de plastique (Honduras)

 

Une gigantesque marée de plastique a été découverte au large du Honduras par une photographe. Ses clichés sont édifiants. D’ailleurs, il semblerait que près de deux millions de mètres cubes de plastiques soient déversés par les rivières dans les océans, et ce, chaque année… La suite est à lire ici.

 

pollution plastique

 

♦  Ocean Cleanup.

 

Cette terrible découverte me permet de mentionner le projet Ocean Cleanup du Néerlandais Boyan Slat.  Boyan Qui ? Mais si, rappelez-vous de ce jeune hommes qui en 2012, âgé de 18 ans à peine, débarquait de nulle part avec son projet fou de nettoyer les océans des déchets plastiques. Il reçut une forte popularité suite à son passage dans une conférence TED à (re)découvrir ici.

En résumé : » Le principe du nettoyage des océans est le placement de barrières flottantes en forme de « V » d’une profondeur de 3 mètres. Les barrières retiendront les plastiques et autres objets à la dérive et les conduiront vers une plateforme d’extraction. Cette plateforme, fonctionnant à l’énergie solaire, récupérera les matières en vue de leur évacuation et leur recyclage« [Source Wikipédia].

Après une période d’essai réussie, il semblerait que le projet devienne réalité courant 2018.  À suivre donc.

 

https://i2.wp.com/www.theoceancleanup.com/uploads/pics/Pilot_01_high_res_01.jpg?resize=800%2C450&ssl=1

Crédit photo : The Ocean Cleanup.

 

¤

 

♦ Le Tage (Espagne)

 

Le plus long fleuve espagnole s’assèche de façon dramatique. Depuis 2014, l’Espagne connaît, en effet, une période de sécheresse prolongée qui devient très préoccupante. Avec un record de température estivale de 46,9 degrés à Cordoue (Andalousie) durant l’été 2017, il y a effectivement de quoi s’inquiéter… la suite est à lire ici.

 

https://resistanceinventerre.files.wordpress.com/2017/11/le-monde-espagne-tagedd6c5b8_31792-1w4bgdc-zklyaxlxr.jpg?w=800

Crédit photo : Résistance inventerre.

 

¤

 

♦ Ours polaire (Baffin, Canada)

 

Paul Nicklen, biologiste et photographe Canadien (notamment connu pour ses contributions au magasine National Geographic  est à l’origine d’une vidéo qui a émue la toile ces dernières semaines.  Sur cette vidéo, on pouvait voir un ours polaire affamé qui errait en quête de nourriture sur l’île de Baffin, au Canada. Selon l’équipe de journalistes sur place, l’ours est probablement décédé dans les heures suivantes. Le but de cette vidéo était d’alerter le public sur le changement climatique bien réel : Cet ours était affamé depuis longtemps, ce qui a provoqué une atrophie de ses muscles, le menant à vivre une terrible agonie avant de décéder. J’aurais pu ajouter cette mention de l’ours dans mon prochain billet sur la faune, mais vu que cette situation est une conséquence directe du changement climatique, j’estime que « mon » ours a sa place dans cet article, j’espère que vous serez d’accord. Une pensée pour lui.  La suite est à lire ici.

 

¤

 

♦ Les monuments nationaux (Utah, USA)

 

Le Président Trump a annoncé début décembre la réduction drastique de deux espaces protégés dans l’Utah :

  1. Le Bears Ears National Monument ⇒ Va perdre ainsi 85 % de ses quelque 5 400 km².
  2. Le Grand Staircase-Escalante National Monument ⇒ Va perdre ainsi 45 % de ses 7 600 km².

 

https://i2.wp.com/img.lemde.fr/2017/12/04/0/0/5472/3019/534/0/60/0/198073f_5527099-01-06.jpg?w=800&ssl=1Bears Ears National Monument – Crédit photo : Le Monde.

 

Bien que le Président ait réfuté cette accusation, il semblerait bien que cette décision permette ainsi d’exploiter les ressources minières et pétrolières, ou de construire de l’immobilier sur une partie de ces deux zones protégées. La suite est à lire ici, et notamment l’impact sur les populations indigènes.

 

¤

 

La pêche électrique (Europe)

 

 

https://i0.wp.com/europeecologie.eu/wp-content/uploads/2017/11/TWEET-PECHE-ELECTRIQUE.jpg?resize=800%2C400&ssl=1

Source photo : Europe Écologie.

 

C’est la menace en court en Europe… mais, ça marche comment au juste la pêche électrique ?

« L’électricité permet de capturer très efficacement les poissons plats enfouis dans le sédiment comme la sole et la plie. Cependant les poissons pêchés souffrent de brûlures, d’ecchymoses et de déformations du squelette suite au choc électrique. De plus, personne ne connaît les effets du courant électrique sur les œufs, les juvéniles ou les espèces électro-sensibles comme les raies et les requins…

La Chine a expérimenté cette technique bien avant l’Europe. Elle s’est avérée dévastatrice sur la biodiversité. Après avoir détruit les écosystèmes marins, la pêche électrique a été interdite par la Chine en 2000″.

En réalité, la pêche électrique est interdite en Europe depuis 1998. Néanmoins, des dérogations ont été accordées en 2007 aux États membres pour qu’ils équipent jusqu’à 5% de leur flotte de chalut à perche. Pourtant, la limite des 5% a été transgressée très rapidement puisque les Pays-Bas  ont déjà équipé 28% de leurs chaluts en électricité. La Belgique et l’Allemagne utilisent également cette pratique.

Ainsi, de enseignes de distribution  ont marqué leur opposition en boycottant les poissons provenant des Pays-Bas (notamment la marque Intermarché Agromousquetaires). Vous pouvez en faire de même, mais aussi signer cette pétition ou faire un don à l’association Bloom, actuellement la seule ONG européenne à demander l’interdiction de la pêche électrique.

¤

 

– BONUS –

 

Je termine ce billet avec le cri d’alarme de 15 000 scientifiques sur l’état de la planète. Voici un court extrait de cet article du journal le Monde qui résume justement la situation :

« Les transitions vers la durabilité peuvent s’effectuer sous différentes formes, mais toutes exigent une pression de la société civile, des campagnes d’explications fondées sur des preuves, un leadership politique et une solide compréhension des instruments politiques, des marchés et d’autres facteurs ».

Chacune de nos actions en faveur de l’environnement, aussi minimes qu’elles soient, est un pas vers un monde meilleur, j’en suis persuadée. Il ne faut rien lâcher et poursuivre en ce sens.

¤

Étiez-vous au courant de ces différents événements ?

N’hésitez pas à partager vos impressions en commentant sous l’article ⇓ merci !

Je vous retrouve très bientôt  pour vous présenter  un condensé d’initiatives locales en faveur de l’environnement 🙂

6 réactions au sujet de « Côté environnement, on en est où ? »

    1. Oui, difficile de passer à côté de l’ours ces temps-ci…
      Merci pour ton message, et n’hésite pas à me dire ce que tu penses du reste.

      À bientôt !

  1. Pour ma part je suis écœuré et révolté par le manque de volonté des politiques de voir l’avenir de la terre passé après leur avenir…

    1. Ah ça, je ne vais pas te dire le contraire… et comme je l’ai lu récemment dans un de mes livres :

      « Quand vous aurez abattu le dernier arbre, disait-il, quand vous aurez pêché le dernier poisson, vous découvrirez que l’argent ne se mange pas. »

      Rien de plus à ajouter !

  2. Coucou Bertille
    Que dire après ce constat terrible. Que chacun prenne conscience de la réalité des problèmes, hélas, il faudra des années pour constater un tout petit effort.
    Bravo de nous informer. Bisous

    1. Merci pour ton commentaire 😉
      Heureusement qu’il y a des initiatives locales pour contrer au mieux tous ces problèmes. J’en parlerai très prochainement sur le blog.
      À suivre 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *